Au-delà de la synthèse qui suit, si vous voulez en savoir plus sur la cuisine thérapie, téléchargez gratuitement le e-book sur le sujet.

Cuisine thérapie, l’association de ces 2 mots peut sembler inhabituelle à l’heure de la sur-médiatisation de la cuisine. Émissions culinaires, reality shows, starification des chefs…. la cuisine est aujourd’hui omniprésente, théâtralisée et souvent pétrie de règles et d’enjeux. A l’opposé de cette cuisine spectacle, la vision de la cuisine par Papilles Créatives est celle d’un moment d’intimité à soi, une parenthèse créative et récréative qui permet de mieux se connaître. Ma conviction est en effet que la cuisine, quand on prend le temps de s’y arrêter, invite à explorer des facettes de soi et de sa relation aux autres. Voire même qu’elle peut être un catalyseur de transformation personnelle.

Cuisiner est une occasion de découvrir et d’explorer son identité. Qu’on assemble ou qu’on transforme, on met de soi dans le processus de cuisiner. On s’expose et on parle de soi, parfois à son insu d’ailleurs. Nous sommes ce que nous mangeons (pour paraphraser Brillat Savarin) mais aussi ce que nous cuisinons. Cuisiner permet ainsi de faire l’expérience de soi (d’où je viens, qui je suis et qui j’ai envie d’être ?) et en dit long sur notre personnalité et notre singularité. Parce qu’elle fait appel aux 5 sens, cette activité anodine permet également de se reconnecter à ses sensations corporelles et de lâcher le mental. Cuisiner offre ainsi la possibilité de ralentir, d’être pleinement attentif à l’instant présent, et ce faisant de mieux gérer son stress. C’est également une occasion quotidienne de développer sa créativité, son imagination et sa confiance en soi.

Au-delà de cette découverte personnelle, la cuisine permet également d’explorer sa relation au monde et aux autres. En agençant et en transformant le vivant, je développe un sentiment de toute puissance, je prends les commandes de ma vie, et pose des actes forts. Par son côté éphémère, la cuisine invite également à accepter l’impermanence des choses et à accueillir le changement. C’est aussi une opportunité unique de découvrir l’autre, de s’ouvrir au partage et de développer sa tolérance compte tenu de la diversité des pratiques culinaires. Parce qu’elle nous invite à prendre sa place dans un groupe, à faire preuve d’assertivité et d’affirmation de soi, la cuisine nous façonne également dans notre dimension sociale.

Vecteur de plaisir et de bien-être assurément, la cuisine peut être encore plus que cela. Expérimentée dans sa plus simple acception, c’est-à-dire de façon créative, intuitive et décomplexée, elle agit en effet comme un révélateur de notre personnalité et de nos modes de fonctionnement aux autres. Quand la cuisine se met ainsi au service du développement personnel, elle mérite à mon sens amplement son nom de cuisine thérapie. Pas étonnant dès lors que les ateliers Papilles Créatives s’inspirent de la démarche Art Thérapie.

Pour en savoir plus sur ma posture d’Art-thérapeute et ma façon d’accompagner les participants aux ateliers.